Ma vie avec Liberace

Replay : plus que 1 jour, 114 min

La poignante romance entre le célébrissime pianiste Liberace et son jeune amant Scott Thorson... Derrière le kitschissime déferlement d’or, de plumes et de paillettes, Steven Soderbergh dépasse la caricature pour laisser affleurer l’émotion du mélo. Magistralement interprété par un Matt Damon épatant et un Michael Douglas à l’exubérance mâtinée de toxicité.

Au cours de l’été 1977, Scott Thorson, un bellâtre dresseur d’animaux pour le cinéma, entame une liaison avec un jeune homme qui a ses entrées dans le monde du spectacle. Par son entremise, Scott fait la connaissance du pianiste Valentino Liberace, star kitsch et adulée de Las Vegas, à l’aube de la soixantaine. Celui-ci lui offre de devenir son homme à tout faire. Malgré leurs différences d'âge et de classe sociale, tous deux tombent amoureux. Ils s’engagent dans une relation clandestine et tempétueuse qui s’achèvera, cinq ans plus tard, sous le feu des projecteurs…

Sous les paillettes
Recalé des salles obscures aux États-Unis, car jugé trop "gay", Ma vie avec Liberace a pris une éclatante revanche en collectionnant les récompenses et en s’invitant en compétition officielle sur la Croisette. Derrière le kitschissime et baroque déferlement d’or, de plumes et de paillettes, Steven Soderbergh dépasse subtilement l’humour de la caricature pour laisser affleurer l’émotion du mélo. Magistralement interprété par un Matt Damon épatant en éphèbe vulnérable et toxico, et un Michael Douglas à l’exubérance mâtinée de toxicité, ce face-à-face entre la vedette vieillissante et le jeune premier revêt, finalement, un caractère tragique, sur fond d’identité refoulée (Liberace s’obstinant, avec l’aide de son manager, à se faire passer pour hétéro), de peur du temps qui passe et de solitude masquée.