ROMANESQUE

Welles, à pleine voix

captures-guerre_des_mondes.png
ROMANESQUE - Welles, à pleine voix  La Guerre des Mondes
ROMANESQUE - Welles, à pleine voix La Guerre des Mondes 1938 : La Guerre des Mondes, le chef-d’œuvre radiophonique d’Orson Welles ROMANESQUE - Welles, à pleine voix  La Guerre des Mondes

1938 : La Guerre des Mondes, le chef-d’œuvre radiophonique d’Orson Welles, aurait semé la panique dans toute l’Amérique.


Le Comte de Monte Cristo, Oliver Twist, Au cœur des ténèbres, Jane Eyre ou encore Les Misérables… Féru de littérature, Orson Welles s’est emparé d’une cinquantaine de grands romans auxquels il a consacré plusieurs séries radiophoniques. La première, The Mercury Theatre on the Air, est diffusée en 1938. Cette année-là, l’homme de théâtre et l’homme de radio fusionnent en un metteur en scène d’un nouveau genre. Avec les comédiens de sa troupe, Orson Welles fait revivre les classiques de la littérature et leur donne un nouveau souffle. Il porte l’histoire avec son talent de narrateur hors pair et émaille son récit de mille trouvailles sonores.

Son talent culmine un soir d’octobre 1938. Orson Welles transforme le roman de science fiction de H.G. Wells en un faux reportage radiophonique sur l’invasion des États-Unis par des extraterrestres. Au lendemain de la diffusion sur CBS, La Guerre des Mondes fait la une des journaux. La presse voit d’un mauvais œil l’influence grandissante de la radio. Certains gros titres font état de scènes de panique. Aucune preuve de cette hystérie collective n’a jamais été apportée. Et pourtant, aujourd’hui encore, dans la mémoire collective, Orson Welles reste l’homme qui a paniqué l’Amérique. Une version romancée de l’histoire, à l’image de cet homme qui aimait tant le romanesque…

L’un des romans préférés d’Orson Welles, celui dont il a le plus souvent raconté l’histoire, est le chef-­d’œuvre du romantisme américain, Moby Dick. En 1946, il est le Capitaine Achab dans l’adaptation radiophonique qu’il fait du  roman  de  Melville  dans  son  émission  sur  CBS,  The  Mercury  Summer Theatre on the Air. Un rôle qu’il reprend également sur les planches en 1955  dans  son  adaptation  de  Moby  Dick  au  Duke  of  York’s  Theatre  de Londres. Un  an  plus  tard,  dans  la  version  cinématographique  de  John Huston,  il  joue  le  rôle  du  Père  Mapple. 

Enfin, en 1971,  il  tourne  une vingtaine   de   scènes   pour   sa   propre   adaptation   cinématographique inachevée du roman. Il y incarne successivement tous les personnages du livre, seul face à la caméra. Si Orson Welles a tant cherché à explorer cette histoire, c’est peut-­être parce qu’elle reflète la sienne. Celle d’une quête obsessionnelle de l’absolu. Celle de la quête de soi-même…

ROMANESQUE - Welles, à pleine voix : Moby Dick
ROMANESQUE - Welles, à pleine voix Moby Dick Moby Dick, une des œuvres favorites de Welles. L’histoire d’une quête incessante qui reflète la sienne. ROMANESQUE - Welles, à pleine voix Moby Dick

Moby Dick, une des œuvres favorites de Welles. L’histoire d’une quête incessante qui reflète la sienne


Projet écrit et conçu par: France Swimberge, Samuel Pott et Antoine Silvestri
Produit par:  Fanny Glissant

Illustrations : Antoine Silvestri
Graphistes : Germain Bréchot, Charlotte Baker, Ludovic Le Guyader, Claire Perrier-Imhoff-Boué
Illustratrice sonore : Marie Guérin
Production : Compagnie des Phares et Balises
© Compagnie des Phares et Balises – Arte France - 2015

Crédits vidéo La Guerre des mondes: © Tous droits réservés
Crédits vidéo Moby Dick: © Tous droits réservés