Court-métrage

"Vie et mort de l'illustre Grigori Efimovitch Raspoutine" de Céline Devaux

"Vie et mort de l'illustre Grigori Efimovitch Raspoutine" / "Leben und Tod des illustren Grigori Jefimowitsch Rasputin"

Le moine Grigori Efimovitch Raspoutine est appelé à la cour de Nicolas II dans l’espoir que ses prières permettront de guérir le tsarévitch, atteint d’hémophilie. Des témoins confirment que Raspoutine a eu une influence positive inexplicable sur le fils du tsar et sur les hémorragies de celui-ci. Cela a amené la tsarine Alexandra à croire que le moujik était un saint, envoyé par Dieu pour protéger son fils, et à refuser vigoureusement toute critique à son égard.

Raspoutine passe pour un homme lubrique et amoral. Pourtant, malgré quelques débordements, la plupart des reproches qui lui sont faits sur sa moralité sont infondés. Au début de la Première Guerre mondiale, la Russie gagne plusieurs batailles contre l’Allemagne. Mais très vite, il apparaît que l’Empire russe n’est pas à la hauteur de l’appareil militaire prussien et les défaites se succèdent. La population recherche alors des coupables et Raspoutine fait office de bouc émissaire pour la situation catastrophique du pays, quand bien même son influence politique était limitée. Il est assassiné le 17 décembre 1916 à l’instigation de proches du tsar Nicolas II.

La réalisatrice Céline Devaux est diplômée en 2012 de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs (EnsAD) à Paris, dans le secteur Cinéma d’animation. "Vie et mort de l’illustre Grigori Efimovitch Raspoutine" a remporté le prix du Meilleur film d’animation francophone lors de l’édition 2013 du Festival de Clermont-Ferrand.