Rencontre

Christophe Honoré

questionnaire-honore-plaire-aimer-courir-vite.jpg

Alors d'où vient Christophe Honoré ? Quelle est sa cinéphilie ? Réponse, devinez quoi, en vingt questions, non sans vous avoir présenté la bande-annonce de Plaire, aimer et courir vite, en salles le 10 mai.
 

 

 

Alors, Christophe Honoré, si vous deviez choisir ...

 

Une scène d’ouverture

Christophe Honoré: J’irai fouiller dans le cinéma américain je crois. Ils ont perfectionné cet héritage de l’opéra, un mouvement premier qui convoque en quelques minutes l’ensemble des thèmes à venir. Chez Burton, les ouvertures sont exemplaires, et celle de Batman returns particulièrement touchante, comme si le cinéma de Welles mettait le monstre Burton à l’eau pour qu’il soit ensuite sauvé par des créatures de Comics.

 

Une performance d’acteur…

J’ai toujours préféré les acteurs impropres aux acteurs performants. Piccoli et Bardot dans Le Mépris donnent à l’impropriété rêvée des acteurs une émotion absolue.


Une voix…

Emmanuelle Devos dans La Sentinelle de Desplechin, c’est la première fois que je l’ai entendue jouer. Sa vitesse, son ironie. La manière dont elle semble sans cesse attaquer Emmanuel Salinger tout en s’offrant. Une voix comme une épée : de taille et d’estoc.  Avant chaque réplique, il me semble l’entendre dire : « En garde ! »

 

 

Une bande originale…

J’avais neuf ans, ma mère était allée voir La Dérobade avec une amie, elles en parlaient beaucoup, ça les impressionnait je crois ce que Miou-Miou faisait là-dedans… Je voulais voir le film. Interdiction absolue. Ma mère a acheté le disque de la BO. Pendant des mercredis entiers je le faisais tourner en boucle sur la chaîne dans le salon, rêvant sur l’image de Miou-Miou dans son imperméable de latex. Je me souviens des mélodies de Vladimir Cosma, je n’ai jamais vu le film.

 
 

Une danse…

Le mambo de Leslie Cheung dans Nos années sauvages de Wong Kar-Wai. Son tango final dans Happy Together en écho quelques années après : grâce et disgrâce.

 

 

Une réplique…

« J’ai comme une grande peine de vous quitter » dit la jeune Cécile à l’amant américain de Lola.

 

Suivant >>