les 100 ans de l'UFA

Offrande au bien-aimé

opfergang.3_kristina_soederbaum_aels_052281.jpg

Offrande au bien-aimé
(D 1944 – 93 minutes, couleur)
– version restaurée

Mardi, 12. décembre 01h55​

Réalisation : Veit Harlan, scénario : Veit Harlan, Alfred Braun, d’après le récit éponyme de Rudolf Binding, photographie : Bruno Mondi, montage : Friedrich Karl von Puttkamer, musique : Hans-Otto Borgmann

Avec Kristina Soederbaum (Aels), Carl Raddatz (Albrecht), Irene von Meyendorff (Octavia), Otto Treßler (le sénateur Froben), Annemarie Steinsieck (Mme Froben), Franz Schafheitlin (Mathias), Ernst Stahl-Nachbaur (le conseiller sanitaire), Paul Bildt (le notaire)

Mélodrame de toute première qualité artistique. C’est l’histoire d’un homme tiraillé entre deux femmes – Aels, une pétulante Nordique, et Octavia, une grande bourgeoise austère. Dans des couleurs en demi-teinte en technique Agfacolor, Veit Harlan filme la décadence du monde bourgeois et met en scène l’amour inassouvi d’un homme qui rappelle une fièvre délirante. Offrande au bien-aimé marque l’apogée du cinéma nazi. Le critique de cinéma Rüdiger Suchsland écrit que cette œuvre multiplie les appels à la morbidité : « Longtemps, l’accomplissement de l’ambition nationale avait été promise par le régime. Elle était désormais hors d’atteinte. Ne restait plus que l’ambition – sans objet. »