L'Actu du Festival

«Office» de Hong Won-chan (Corée du Sud, 2015)

office.jpg

« L’art de tabasser les open space », voilà ce qui semble obséder le réalisateur Hong Won-chan, dont c’est ici le premier film, mais pas la première expérience au cinéma.
En effet, Hong est aussi le scénariste de The Chaser (Na Hong-jin), formidable thriller, projeté également au festival de Cannes à minuit en 2008, et également traque obsessionnelle de tout ce qu’il y a de déglingué en Corée du Sud.
Et visiblement il y a de quoi faire en matière de dérapages incontrôlés, entre les rivalités atroces de médiocrité entre employés du même bureau, la dureté de chefs eux-mêmes complètement au bout du rouleau, et l’ambiance coréenne générale très dégradée et poreuse, contagieuse.
Cette contagion sociale est tout l’intérêt de ce polar. Il s’agit de montrer combien le meurtre pour des motifs professionnels pourrait bien être une nouvelle maladie qui s’attrape très vite, une sorte de rébellion civique obligatoire contre un état qui impose des conditions de vie insupportables.
Le travail devient alors le véritable meurtrier de cette histoire à force d’asservissement et de contraintes professionnelles non choisies, humiliantes.
Et la contagion s’effectue auprès et tout d’abord des plus vulnérables : le stagiaire, et en l’occurrence LA stagiaire pas douée. Sans ennui et à grands renforts de rebondissements soignés, cet Office est une des critiques les plus divertissantes et précises sur la dégradation, par manque de réflexion, de nos sociétés de labeurs.

Office est en sélection officielle, en Séance de minuit.

Le festival au jour le jour
Éclairage - les dossiers