Cannes 2017

«Kindil El Bahr» de Damien Ounouri

Le film "Kindil El Bahr" aborde le thème de la violence faite aux femmes par le biais du conte fantastique, en rupture avec les traitements sociologiques ou naturalistes habituels. Lors d’une sortie à la plage, Nfissa, jeune mère de famille, est agressée par un groupe d’hommes, alors qu’elle se baignait seule au large. Personne ne semble avoir été témoin de sa disparition. L’inquiétude et l’angoisse s’emparent de la famille. Peu après, sur cette même plage, tous les baigneurs meurent subitement, victime d’une créature marine. Ounouri pratique un cinéma hybride où se rejoignent l’imaginaire du film de monstre et les arts plastiques, dans un contexte réaliste.

"Kindil El Bahr" est une réussite, et Damien Ounouri qui s’était déjà illustré avec talent dans le documentaire, un cinéaste à suivre.

Générique

Réalisation : Damien Ounouri
Scénario : Adila Bendimerad, Damien Ounouri
Son : Ali Mahfiche, Hafidh Moulfi, Li Dan-Feng
Auteur : Adel Bentounsi, Adila Bendimerad
Image : Mohamed Tayeb Laggoune
Montage : Matthieu Laclau, Damien Ounouri, Adila Bendimerad
Musique : Fethi Nadjem
Production : Mediacorp

Avec : Adila Bendimerad (Nfissa)
Nabil Asli (Le mari)
Aziz Boukerouni (Le commissaire)

Pays : Algérie, Koweït, Etats-Unis
Année : 2016